p a r i s_______l i g n e s

Catherine DELONS

La réédition, en 2012, du Dictionnaire des mouvements artistiques et littéraires 1870-2010, témoigne de l’ampleur des recherches, de la rigueur comme de l’inlassable curiosité d’Alain et Odette Virmaux. Si leur tenace passion de chercheurs, d’écrivains, s’est attachée à des phares, tels Artaud ou Colette, les Virmaux eurent aussi l’art de restituer la singularité de minores. Ainsi, rassemblant des textes, publiés dans diverses revues, voire inédits, traquant les éléments biographiques existants, firent-ils entendre une voix qui, sans eux, avait de grandes chances de demeurer muette ; leur généreuse persévérance tira de l’oubli un poète, critique de cinéma, collaborateur du Grand Jeu, mort, à trente ans, en 1940 : André  Delons. Trois recueils de textes, poèmes, articles, critiques de cinéma, correspondance, un début de roman, furent publiés aux éditions Rougerie.

 

C’est grâce à André Delons, ce jeune grand-oncle que la génération précédente, d’oncles ou parents, avait à peine entrevu, que je fis la connaissance, chez une de mes tantes, Simone Delons, d’Alain Virmaux. J’étais alors étudiante, en lettres. Nous revîmes Alain Virmaux, bien des années plus tard, à la faveur de ces retours, de ces longues interrogations qui font reprendre des points de recherche. Je venais de publier un livre sur Baudelaire et Narcisse Ancelle préfacé par Claude Pichois, spécialiste, aussi, de Colette. Des échanges, dont les motifs s’élargissaient, la bienveillance absolue d’Alain Virmaux qui le portait à témoigner un sincère intérêt au travail, aux projets d’autrui, aboutirent, surtout les derniers temps, à une réelle amitié. Entre-temps, Nicolas Droin et Prosper Hillairet avaient tourné, dans l’île Saint-Louis, les séquences d’un film sur André Delons, travail dont Virmaux gardait un très bon souvenir.

 

La richesse d’une personnalité comme celle d’Alain Virmaux continue d’œuvrer, d’agir, par-delà les rencontres, les échanges, lorsque, hélas, ces rencontres et ces échanges ne sont plus possibles. Oui, il y a de ces personnalités rayonnantes, malgré leur discrétion, car ce grand érudit était un homme essentiellement discret, qui vous aident, l’air de rien, d’un mot, mais d’un mot si juste, si efficace, si amical qu’il reste, ancré en vous, et vous guide encore, encore et toujours, interdisant le découragement, l’abandon des efforts. Au souvenir d’Alain Virmaux je voudrais associer celui d’une autre personnalité éminemment rayonnante, je veux parler de Claude Pichois. Malgré la mort et la séparation, la générosité et la grandeur de tels esprits ne s’effacent pas.

 

Catherine Delons,

Ecrivain

 

RETOUR : ALAIN VIRMAUX

 

 

 

 

 

 

 



24/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres