p a r i s_______l i g n e s

Carole AUROUET

D’Alain Virmaux, je garde le souvenir d’un chercheur infatigable, passionné, méticuleux et exigeant, doté de rares qualités humaines. D’une part, il aimait partager et transmettre. D’autre part, il était d’une vraie modestie, celle qui ne relève aucunement de la coquetterie. Ainsi savait-il écouter les autres, et se gardait-il bien de ne pas trop s’écouter lui-même, préférant se tenir à côté du faisceau du projecteur.

 

Nous nous sommes connus par le biais de ma Thèse de Doctorat sur Jacques Prévert, dont il a évoqué la parution dans Jeune Cinéma. Puis il m’a écrit, téléphoné, et petit à petit nous avons lié durablement connaissance. Enfin, il m’a associée – avec Prosper Hillairet – à un combat qu’il a porté plus d’un demi-siècle : sauver de la destruction un important fonds de scénarios. Nos dernières actions en la matière se terminaient toujours au café, autour d’un chocolat chaque fois teinté d’un nouvel espoir. Le dernier rendez-vous s’est fait sans lui. Prosper et moi-même avions promis de reprendre le flambeau. Son combat est gagné. Il ne l’aura jamais su. Nous espérons désormais que ce fonds portera son nom.

 

Je m’apprête à soutenir mon Habilitation à Diriger des Recherches. Elle a pour sujet le cinéma des poètes, et Antonin Artaud fait partie de mon corpus. Les échanges avec Alain me manquent. Mon HDR lui est dédiée – à lui et à Arlette Albert-Birot –  en mémoire reconnaissante et heureuse.

 

Carole Aurouet,

Maître de conférences à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée

 

 

RETOUR : ALAIN VIRMAUX

 

 

 



29/10/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres