p a r i s_______l i g n e s

Sandy FLITTERMAN-LEWIS

 

Bien avant d’avoir commencé mon étude sur Germaine Dulac qui aboutirait à mon livre TO DESIRE DIFFERENTLY: FEMINISM AND THE FRENCH CINEMA, Alain Virmaux  était pour moi un phare intellectuel inestimable.  En Californie, mon introduction aux écrits d'Antonin Artaud se trouvait dans une série de traductions dans Tulane Drama Review de 1966 recueillies et présentées par Alain Virmaux.

 

Donc, Artaud/Virmaux: Noms magiques liés pour toujours au début de mes recherches.  Passion, perspicacité, et même un esprit de générosité, car Virmaux  voulait que les américains comprennent la force et l'innovation de ces pensées qui sortait de l'inconscient, matérialisation de l'imprévu objectif, mais incompréhensible sans contexte.  Quand-même, pas de mention du nom de Dulac en ce temps-là.

 

Heureusement, Alain et Odette ont produit ensemble la "bible" pour une étude d'une partie de la carrière de Germaine Dulac: LES SURREALISTES ET LE CINÉMA (Seghers, 1976).  C’est dans ce livre que j'ai découvert tant de choses, soit sur LA COQUILLE ET LE CLERGYMAN de Germaine Dulac, premier film Surréaliste, soit sur les idées d'Artaud scénariste, ou bien tout le contexte fulgurant du Surréalisme.  Ce livre garde  toujours une place privilégiée dans ma bibliothèque personnelle, et il me sert d'exemple d'une collaboration intellectuelle et émotionnelle extraordinaire.

 

Quand Virmaux a produit son analyse exceptionnelle de LA COQUILLE et du scandale aux Ursulines, il a fait référence à mon article dans DADA AND SURREALIST FILM qui établissait un contraste entre le "choc" surréaliste d'Artaud et l'esthétique de la fusion symboliste de Dulac.  Pour moi c'était l'occasion de mieux préciser mes arguments, et c'était un exemple de la profondeur de la connaissance du sujet chez Virmaux.  J'étais frappée par son intégrité et son esprit de collaboration même avec une Américaine un peu aux marges de son domaine.

 

Merci à Prosper et Nicolas pour avoir conçu le coffret édition DVD de LA COQUILLE qui mélange commentaire, analyse, récit, et travail sur l'image avec entretiens  entremêlées de Prosper, Alain, Tami Williams et moi.  Décrochant le Prix du Festival de Cinéma Ritrovato di Bologna pour la recherche et la critique, j'estime que ce travail qu'on a fait "ensemble" est un témoignage de mon grand respect, et de ma reconnaissance surtout, pour cet intellectuel dynamique dont le savoir approfondi est comme un feu d'artifice scintillant.

 

Sandy Flitterman-Lewis

Professeure de Littérature comparée et Etudes cinématographiques, Rutgers University (USA)

 

Retour : Alain VIRMAUX

 

 

 

 

 

 



28/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres