p a r i s_______l i g n e s

  

PARIS LIGNES

 

 

"Une belle veine sociologique-urbaine pour le cinéma expérimental"

Dominique Noguez

 

 


 

 

Exposé paupières closes

Guy Gilles

 

Exposition photos

à la Galerie Patrick Gutknech

78 rue de Turenne, 75003 Paris

du 4 octobre au 10 novembre 2018

 

 

 thumbnail_17 - 4 enfants - mer.jpg

 

 

 

L'exposition

 

 

 

 

 


 

 

 

 

12-Villes-12-Chansons.jpg

 

Dick Annegarn pose ses valises dans douze villes qui forment les douze chansons de son dernier album. Bruxelles, La Nouvelle-Orléans, Nogent-sur-Marne : c’est la géographie de 'Pop & Co' ce matin, dédié à '12 villes, 12 chansons' dont la sortie physique est prévue le 7 septembre.

 

écoutez

 

(merci à Cécile Achin)

 

 

 


 

 

 

 

“Mais Paris est un véritable océan. Jetez-y la sonde, vous n'en connaîtrez jamais la profondeur. Parcourez-le, décrivez-le : quelque soin que vous mettiez à le parcourir, à le décrire ; quelques nombreux et intéressés que soient les explorateurs de cette mer, il s'y rencontrera toujours un lieu vierge, un antre inconnu, des fleurs, des perles, des monstres, quelque chose d'inouï, oublié par les plongeurs littéraires."

 

 

Honoré de Balzac, Le Père Goriot

 

 

 

 

 


 

 

LIGNE A LIGNE

 

 

001 - Copie.jpg002 - Copie.jpg

035.jpg047.jpg

 

 

 

Parcourant les rues, les routes, déambulant, photo-graphier les lignes du paysage, des paysages, urbains, marins. Les repérer, les isoler, les cadrer. Lignes tracées sur les murs, le ciels, le bitume. Rencontres de couleurs, de textures, de matières. Les bords de mer, de terre, de toits, les horizons. Une ligne, deux lignes, trois, … multiples. Les lignes se révèlent, prolifèrent.

Tout est ligne.

Droites, mais peuvent parfois dévier.

Et les lignes se composent, convergent, divergent. Forment tableau, réseau. Echo. Commencé avec un simple appareil photos (environ 400 prises), maintenant avec un mobile.

Plusieurs modes d’expositions possibles : en lignes, au hasard, ordonnées, en séquences, sur les murs d’une galerie, en flipbook, en ligne internet

A être poursuivi par vous. Et vous pouvez prolonger, dans la droite ligne, mais aussi contourner, détourner, dérouter.

La droite ligne peut être gauchie.

Vous êtes appelés non pas à vous aligner, mais à vous en-ligner.

 

Prosper Hillairet

 

 

 

 

Le projet est hébergé sur le site RHUTHMOS de Pascal Michon

voir

 

 

 

 


 

 

 DES SIGNES SUR LES MURS

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

AVANT GARDES

 

Parution aux Editions Lobster un coffret de 4 dvd, sélection de films d'avant garde historique.

Présentation de Prosper Hillairet.

 

 

 

coffretAV-image.jpg

 

 

 

RENCONTRE AVEC SERGE BROMBERG ET PROSPER HILLAIRET

BOUTIQUE POTEMKINE // 7 AVRIL 2018

 

 

VOIR LA RENCONTRE

 

 

 

 

Lien vers le site Lobster

 

 

Le coffret présente de nombreux films sur la ville.

Entre autres : Coney Island at night (1905), Edwind Porter ; Manhatta (1921), Charles Sheeler /Paul Strand ; The 24$ Island (1921), Robert Flaherty ; Skyscraper Symphony (1929), Robert Florey ; A Bronx morning (1931), Jay Leyda ; In the street (1948), Helen Levitt/James Agee ; NY NY (1949-1957), Francis Thompson.

 

 

Films à retrouver dans notre rubrique Filmographie 

 

Voir la filmographie

 

 

 


 

 

CALYPSO

 

 

CalypsoAL.jpg

 

 

 

Parution aux Editions Buchet Chastel du dernier livre d'Anne Luthaud

 

 

Lien vers l'éditeur

 

 

 

Anne Luthaud poursuit son travail sur la langue, les modes de récits, les lieux. Son écriture est faite d'accélérations d'actions, de mouvements, ou au contraire de ralentis où elle creuse la phrase, ou les deux mêlés où elle retourne les mots, cubistes. Alors on s'y perd, s'y retrouve, s'y reperd, délocalisé/dégéolocalisé. Poétique des îles, des villes, ports, océans, hôtels, gares, maisons, écrans. Lieux transitoires, de corps qui s'oublient, eux-mêmes transitoires, abstraits et concrets. Mais y a-t-il jamais eu des corps, des villes, ...  sinon que traversés, doublés, redoublés. Voyage-image, voyage-rivage. Passage. Aller vite. Dans le grand dehors. Arriver pour partir, rentrer pour sortir. Quitter. Rencontre des mythes (L'Odyssée, Calypso) et du monde des écrans.  Parallèle des temps, des mondes, des destins. Une rencontre aurait pu avoir lieu, a-t-elle eu lieu ? Dans ces non lieux. Entre. Réel ou image ? Réelles images. Ville-écran, villes écrans. Et Ostende, centre dérive de cet hétéroclite montage, ville fiction, abstraite et concrete. Lieu d'arrivée et de départ, sans fin.

 

 

Extrait :

 

"Calypso descend une rue depuis les hauteurs de la ville quand elle s'arrête net : la ville la mange. La ville tout entière et en détail. Droite, elle serre les poings. La ville prise dans ses poings, tenue dans ses poings. L'espace rassemblé dans ses paumes. Elle scrute les fenêtres allumées, chacune une histoire, y attrape des silhouettes, coup d'oeil, elle passe à la suivante, les fait défiler tel un ruban, elle s'arc-boute, tend le dos, les reins, capte la ville de tout le corps.Pour rien au monde, elle ne voudrait être ailleurs"
 
Calypso, Buchet Chastel, 2018, p. 99/100

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

FLANER A PARIS DANS LES ANNEES 30

 

«Errer est humain, flâner est parisien»

Victor Hugo

 

Flâner à Paris

 

(Le Figaro, 07/07/2017)

 

 

XVM11f9a9ee-6333-11e7-8697-e953ea7cf4e0.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 ALAIN VIRMAUX, ARCHIVISTE DU FEU

 

 

 

 

 

 UN TEXTE D'ANDRE ROUMIEUX EN HOMMAGE A ALAIN VIRMAUX

 

LIRE LE TEXTE

 

André Roumieux est l'auteur de l'ouvrage "Artaud et l'asile"

 

EN SAVOIR PLUS

 

 

 

 

 

 

 

LES EAUX NOIRES

 


 

 

 

 

 

 

 

COLETTE AU PALAIS-ROYAL

 


 

 

 

 

 

 

 MATRICULE 262602,

ANTONIN ARTAUD A VILLE-EVRARD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

vlcsnap-2014-10-31-14h39m32s201.png vlcsnap-2014-10-31-14h39m06s189.png

 

 

 

« L’amour de Paris ça ne s’explique pas,
C’est comme l’amour tout court.
Tu ne peux pas imaginer combien j’ai aimé Paris,
Combien j’ai aimé être seul dans cette grande ville.
Je rêvais d’une vie entière libre sans attache.
J’aimais tout ce qui faisait penser à l’aventure, au départ.
Je me baladais partout, je regardais,
J’étais fou de Paris et de ma liberté toute neuve »

 

 

 

L’Amour à la mer - Guy Gilles.

 

 

 retrouvez sur ce site des informations sur Guy Gilles, et sa vision de Paris

Guy Gilles

 

 


 

 

 

 

LUEURS DE LA REPUBLIQUE

Images tournées le 13 janvier 2015, place de la République, à Paris

 

 

 

 

 

Paris, place de la République, le 13 janvier 2015. Après Charlie, après les événements. Filmer les mots, traces, dessins, bouquets, bougies, présences. Filmer l'éphémère avant sa disparition. Filmer ces traces comme une "archéologie du temps présent", notre présent.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

july01-3397d.png

 

La revue Jeune Cinéma vous présente son site

infos, chroniques, critiques

Jeune Cinéma

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

POUR UN CINEMA NOCTURNE

Texte de Nicolas Droin

 

 

vlcsnap-2014-07-08-17h32m30s117.png

 

 

 

LIEN VERS LE TEXTE

 

 

 

 

 

 


 

 

  

GUY GILLES

 

 

 

Ouvrage

sous la direction de Gaël Lépingle et Marco Uzal

 

arton28210.jpg

 

 

 

" Les films sont des actes poétiques avant d’être des spectacles.
Je suis formaliste, mais la forme est l’expression de la sensibilité"

Guy Gilles

 

 

8e508b3b-bf7d-4190-8089-000000000322.jpg

 

 

 


 

 

LUI.jpg

 

Marche / Ligne

 

 

"Je connais bien cette fatigue qui me permet de marcher trois ou quatre heures sans m'arrêter, - et qui ne me permet que cela, - qui m'enferme dans une déambulation dont je ne peux sortir qu'en tombant dans le sommeil. Elle est là ; je suis depuis quelque temps déjà la ligne qui se trace devant moi à mesure que j'avance ; bien qu'elle me soit invisible ..."

 

 

La Nuit de Londres, Henri Thomas, 1956

 

 


 

 

LES EAUX NOIRES

 

del02.jpg

 

film du PROJET VIRMAUX

 

André Delons, poète, membre du Grand Jeu (Roger Vailland, René Daumal, Roger Gilbert-Lecomte), groupe proche des Surréalistes, est né en 1909 et disparait en mer en 1940, entre La France et l’Angleterre. Il habitait à la fin de sa vie dans l’Ile Saint Louis.
 
Les Eaux noires sont, après Tumultes aux Ursulines (La Première de La Coquille et le Clergyman, Artaud/Dulac) Matricule 262 602 (Artaud à Ville-Evrard), Colette au Palais-Royal, le 4 ème film de la série, conduite par Nicolas Droin et Prosper Hillairet,  « Alain Virmaux, un archiviste du feu », où Alain Virmaux s’entretient, in situ, avec des spécialistes du sujet de chaque film.
 
Plus d'informations
 
Sur Alain Virmaux, Archiviste du feu
 
Les textes d’André Delons on été publiés, par Alain Virmaux, aux Editions Rougerie

 

 

 

 


 

 

 

 

vlcsnap-196578.png

 

 

« La ville comme point de rencontre de nos souvenirs et de nos désirs. Un espace-temps que le cinéma a fait sien en l’exprimant rythmiquement »

 

 

Michelangelo Antonioni

 

 

 

 


 

 

 

 

Blanche-Pigalle-Barbès

 

 

série LIGNES

 

 

 

 Un film de Nicolas Droin et Prosper Hillairet

avec Jeanne Ben-Hammo

 

 

 

Parcours/hommage au film NEIGE

réalisé par Juliet Berto et Jean-Henri Roger

 

 

Tribut-Tribu, le film collectif en hommage à Jean Henri Roger, pour lequel Blanche Pigalle Barbès a été réalisé,  est en ligne sur le site de l'Université Paris 8

 Tribut-Tribu

 

 


 

 

 

 

4.JPG
 Photographie : Louise Skira

 

"L'espace est resté voyou et il est difficile d'énumérer ce qu'il engendre. Il est discontinu comme on est escroc"

Georges Bataille

 

 

 

 

 


 

 

 

MANNEQUINS

 

 

 Un film de Nicolas Droin et Prosper Hillairet

 

Extrait du film SENTIERS

 

 

 


 

 

 

 Alain.jpg

 

HOMMAGE A ALAIN VIRMAUX

 

Amis, universitaires, chercheurs, historiens, écrivains, ont souhaité témoigner de la pensée, du travail et de la personnalité d'Alain Virmaux à travers leur collaborations et rencontres.

 

LIRE LES TEXTES 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 Rue Hautefeuille, Eugène Atget, 1898

 

 

 

« Je me suis dit que Paris, où les murs et les quais, l’asphalte, les collections et les décombres,

les grilles et les squares, les passages et les kiosques, nous apprennent une langue singulière,

devait nécessairement être le lieu où, dans la solitude qui nous étreint,

absorbés que nous sommes dans ce monde d’objets,

nos relations aux êtres atteignent la profondeur d’un sommeil

où les attend l’image de rêve qui leur révèle leur vrai visage »

 

 

Walter Benjamin

 

 

 

 

  

_______________________________________________________________

voir des extraits des films :
http://www.dailymotion.com/parislignes


pour toute information sur les films de la série Paris Lignes,
contacts :
Nicolas Droin
nicodroin@yahoo.fr
Prosper Hillairet
prosperhill@hotmail.com